Le graffiti est devenu une activité de bourgeois ...

October 11, 2014

Tags, graffitis et bombes au programme de Quai des Belges

Quai des Belges proposé par Hadja Lahbib avec Fred Lebbe organisateur de visites guidées pour Lezarts urbains et de nombreux ateliers, Catherine Wielant et Caroline Vercruysse coréalisatrices du documentaire "Mauvaises herbes" projeté ce soir, Adrien Grimmeau historien de l'art à l'Iselp et auteur du livre "Dehors" sur les tags urbains.

Autres invités : Dema, graffeur bruxellois, Valérie Vanhoutvinck auteur du film "Des murs ou des oreilles" (1996) dont on verra des extraits; et le graffeur bruxellois Dylan Beckers, l'un des protagonistes du film, que l'on retrouve ainsi 18 ans plus tard...

Diffusion le 15 octobre sur ARTE Belgique à 22h30 et le 24 octobre sur La Deux à 23h45
Infos : Communauté des Télévisions Francophones.

Tags, graffitis et bombes au programme de Quai des Belges

















September 07, 2011

Pour en finir avec le graffiti bruxellois ...

Rencontre avec Adrien Grimmeau, commissaire de l'exposition graffiti au musée d'Ixelles qui s'est déroulée du 16 juin au 4 septembre 2011.

Sur l'exposition

Beaucoup d'intérêt de la part des médias - Expo très (trop ?) ludique; pistes à retenir pour l'avenir : le rapport à l'écriture, vandalisme et répression - Le parcours de l'expo n'était pas évident à suivre sans un guide du musée - But de l'expo : susciter le débat et valoriser le graffiti pour contrebalancer les idées négatives - Le graffiti étant un acte illégal dans un espace public, aucun graffiti ne figure dans l'expo - Le passage des artistes en galerie est vu par eux-mêmes comme une évolution - Déception : pas de liberté en dehors du musée; tous les projets d'intervention en ville ont été annulés. Exemple : repérer les façades de squats abandonnés et les confier à d'autres artistes (stickers, affiches) - Espoir : que le livre survive à l'expo; le livre n'étant pas le catalogue de l'expo, mais l'histoire du graffiti bruxellois - Espoir (bis) : que la médiatisation de l'expo donne l'envie à nos dirigents de faire de Bruxelles une capitale du graffiti et de l'intégrer en ville comme élément légal de la rue.

Le graffiti à Bruxelles

Réaction de l'échevinat de la propreté d'Ixelles : "Avec votre livre, on ne peut plus effacer; c'est devenu de l'art !" - La ville d'Ixelles a placé des panneaux d'expression graffiti en juillet ... puis a  engagé des graffeurs pour les peindre. Résultat, les panneaux ont été délaissés et les tags ont envahi les maisons voisines - La commune d'Anderlecht a rendu le site de Neerpede légal (sans trop diffuser l'information médiatiquement) - Suggestion : autoriser palissades et panneaux placés lors des chantiers comme zones légales de graffiti.

Graffiti et tags

Les graffiti sont tournés vers le bas; rapport au sol, très rarement vers le ciel + très marqués par l'enfance - Critères pour estimer la valeur artistique d'une oeuvre : une pièce unique qui a pris du temps pour sa réalisation; tout le contraire du tag. Et donc, d'une certaine façon, le tag est le pire ennemi à la reconnaissance du graffiti - Pourquoi ne voit-on pas de graffiti en arabe ou en chinois ?

June 11, 2011

Expo graffiti à Bruxelles - Musée d'Ixelles

L'expo s'ouvre sur des graffiti de New-York en 1984. A la même époque des jeunes bruxellois s'essaient au graffiti, des carnets d'esquisses et des souvenirs d'époque en témoignent.
Ensuite un film retrace la décennie hip-hop de la fin des années 1980 et des années 1990 à travers les fresques majeures de l'époque.
L'expo se poursuit avec des artistes issus du graffiti tel Arno Quinze ou Hell'O Monsters et se termine avec des figures marquantes de l'art urbain bruxellois d'aujourd'hui dont Eyes B et Defo.

Au musée d'Ixelles du 16 juin au 4 septembre 2011.

En marge de l'expo, conférence "le graffiti, l'art de créer et non de nuire" par Jean-Luc Huart de la cellule tag et graffiti de la zone de police de Bruxelles Ixelles (le 7 août à 14 heures) et publication du livre d'Adrien Grimmeau intitulé "Dehors, le graffiti à Bruxelles".

Source : journal de l'exposition, avec un parcours à la découverte des pochoirs, affiches, auto-collants et graffiti. Pour le consulter (fichier pdf), se créer un compte via le coin presse.

defo tsunami art